Now Reading:

Pas d’union sans roture

Pas d’union sans roture

Il était une fois le Che Guevara et Fidel Castro. L’un demanda : « Fidel, renouerons-nous un jour des liens avec les yankees ? » L’autre répondit : « Quand le président des États-Unis sera noir et que le pape sera argentin comme toi ! [1] ». Les liens ayant été rétablis, on a Francisco, on a eu Obama. Comment ne pas insérer ici le mariage du prince d’Angleterre et de l’actrice, américaine, métisse [2], divorcée, protestante et roturière, convertie pour l’occasion à la foi anglicane ?

Tout ça fait rêver ! Tel un conte de fées, ça nous endort. C’est le côté tout le monde délire [3]. Relativisme de l’être, être de semblant, tout est possible car toute identité est fiction. Ça fait un bail que la monarchie et la bourgeoisie se sont compromises, dans tous les sens du terme : se fiancer et aussi se risquer, se menacer, enfin, se faire formation de compromis, c’est-à-dire symptôme, en s’ordonnant sous l’égide du discours de la science uni à celui du capitalisme. Économie, économie !

Toute formation de compromis détient un réel inconvertible, modalité de jouissance, qui reste toujours à la même place. Tout mariage ségrégue : il suffit de regarder ces deux points épineux des préparatifs, la liste des invités et leur placement à table. Impossible d’échapper aux ardues discussions sur le critère de ségrégation !

Le plus gros budget du mariage royal est consacré à la sécurité : 28 millions d’euros [4]. Harry, ayant servi contre les talibans en Afghanistan, est une cible pour les djihadistes et Meghan, d’origine afro-américaine, pour des groupes racistes d’extrême droite. Envers réel du mariage royal. Comme dans les noces de Thétis et Pélée, la fête est toujours compromise par l’invité qu’elle néglige : la Discorde. Retour dans le réel de la ségrégation, effet de l’union du capitalisme et de la science.

Tenir compte de la discorde sexuelle, de la roture que toute union implique, voici le conseil de Tata Psychanalyse aux futurs époux.

Vivent les mariés !

 

 

[1] www.periodismo.com/2015/07/24/noticia-falsa-profecia-fidel/ , traduit par l’auteure [NDLR]

[2]www.lepoint.fr/monde/meghan-markle-une-metisse-a-buckingham-27-11-2017-2175493_24.php#xtmc=prince-harry&xtnp=1&xtcr=7

[3] Cf. Lacan J., « Journal d’Ornicar ? », Ornicar ?, n°17-18, 1979, p. 278.

[4] www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/meghan-markle-et-le-prince-harry-qui-paye-leur-mariage_413802.

Imprimer cet article
Partager cet article
Veuillez saisir vos mots-clés et tapez sur "Entrée"